#HF 2019: du nouveau dans le boogie métal, avec Trepalium.

[Changement de line-up,] le virage il va être négocier intelligemment

Vegvisir : La dark lodge est en direct du Hellfest et profite de la participation, la cinquième, de Trepalium au Hellfest pour une petite interview. Je te laisse te présenter ?

Harun Demiraslan : Moi c’est Harun Demiraslan , guitariste compositeur au sein des groupes Trepalium et Step in fluid et là je suis au Hellfest pour le groupe Trepalium. Je suis très content d’être là parce que c’est notre cinquième Hellfest et c’est le premier avec notre nouveau chanteur Renato. Parce qu’on a eu un chanteur avant donc kk, que je salue qui a participé à cinq albums quand même, quatre albums et un ep sur différents labels. On a fait deux albums avec Holy Records après un album Season of Mist et après on était avec Klonosphère  sur les deux suivants: Klonosphère, Season of Mist. On prépare un sixième album avec notre nouveau chanteur Renato Di Folco donc, qui est chanteur au sein des groupes flade et des tambours du bronx et ça se passe super bien. On va sortir un sixième album un peu différent, mais ça reste du Trepalium .

Vegvisir: Ok, justement vous avez commencé au final vos concerts live début mars avec Renato, trois mois après avec ce nouveau line up vous participez au Hellfest . Est ce que vous pensez avoir trouvé vos marques sur scène ?

Harun : Largement ! Enfin, avec un mec comme lui c’est pas compliqué. Ce qui en fait musicalement, au niveau des musiciens on est restée la même équipe, il n’y a pas de surprise. En plus, on est dans la dynamique d’un nouvel album, on a enregistré les nouveaux morceaux. On est vraiment dans une dynamique de remise à niveau du groupe et c’est vrai qu’hier quand on a joué sur le fest, on s’est bien senti à la maison, tranquille, c’était vraiment peinard. Le Hellfest, c’est la cinquième fois qu’on y joue, enfin quatrième fois, la première fois c’était le Furyfest. J’ai l’impression de jouer à Bressuire de là où est originaire le groupe tu vois c’est un côté familial j’en sais rien c’est vraiment pas de stress c’est tranquille sauf que y a 15000 personnes devant toi que c’est une autre ambiance.

Vegvisir: ok, le chanteur a changé, KK n’est plus là, il avait quand même un style légèrement différent. Est ce que vous avez dû adapter un petit peu votre façon de jouer certains morceaux avec Renato ?

Harun: Adapter, nous non. Renato a dû adapter certaines gimmik au niveau de ses vocalises par rapport aux anciens morceaux évidemment, parce que c’est pas tout à fait les mêmes grain de voix. Ceci dit KK qui avait une voix plus gutturale, avait un côté guttural, rock’n’roll un peu rockabilly tu vois. Renato qui est plus stoner, mais finalement le rock’n’roll est encore là, finalement Renato revient un petit peu à un côté plus métal qui s’en est un peu éloigné avec flade évidemment. Mais voilà, il revient un petit peu à ses premiers amours et on lui sert un petit peu un plateau d’argent. c’est « vas y vient dans Trepalium, il y a un album, on va jouer au Hellfest et va y avoir un paquet de dates » donc ça se passe tranquillement. Sans trop forcer quoi. La musique comme je te disais, on fait ce qu’on a toujours fait depuis presque 20 ans maintenant, il y a pas de surprises.

Vegvisir: Tu parlais du prochain album, effectivement vous avez  déjà annoncé que tout ce qui était voix pour le prochain album, c’était dans la boîte. Est ce que tu peux nous en dire un petit peu plus sur ce nouvel album?

Harun: Alors ce nouvel album il va sortir théoriquement en fin d’année vers novembre, chez Klonosphère. Maintenant, on n’est pas à l’abri d’un changement de sortie, parce qu’on n’est encore à réfléchir à comment mettre le visuel en place. On a le sujet, enfin j’ai une idée très précise de la pochette. J’en ai parlé avec mes collègues et ils étaient carrément chaud. Maintenant, il faut la réaliser voilà. On n’est pas à l’abri d’être à la bourre au niveau du planning de la Klonosphère et on va voir !

[Le prochain album,] Ca reste du Trepalium mais avec une couleur plus mélancolique, plus noir.

Vegvisir : Pour ce nouvel album, est ce que ce sera de nouveau une histoire sur plusieurs albums, vous allez changer un petit peu ?

Harun: Non, ça sera pas un concept album déjà. Ca va être un album avec des morceaux voilà, il y aura pas un fil conducteur spécialement, en fait c’est la continuité du dernier EP de Trepalium. Ca reste boogie métal, swing métal, il y aura moins de cuivre, il y aura plus de clavier. Les sons de claviers que j’avais utilisés pour le deuxième album, l’organe tout ça, il est de retour. J’en ai mis pas mal, des nappes, vraiment pour appuyer les refrains, leur donner une consistance différentes. Et j’ai fait un travail au niveau de l’écriture des guitares plus en arpèges, moins évidente à interpréter en live, mais j’aime bien les défis. Donc avec les copains on bosse pour que ça fonctionne bien en live, en tout cas l’album est déjà enregistré donc on sait que la suite va être cool. Ce ne sera par conceptuel, évidemment le dernier EP était, comment dire, très particulier quoi, il y avait vraiment le côté vaudou, new Orléans, swing avec les cuivres de l’Orchestre National de Jazz et j’avais vraiment calibré l’écriture, les riffs par rapport à ce cet idée là d’arrangements des cuivres tu vois. Là je n’avais pas envie de faire la même chose, c’était vraiment on va faire un truc en fonction de notre nouveau chanteur aussi qui est plus blues, donc on a volontairement gommé un petit peu le côté jazz pour leur insuffler un peu de blues, mais c’est pas du stoner pour autant. Ca reste du Trepalium mais avec une couleur plus mélancolique, plus noir.

Vegvisir : En fait les infos que j’avais c’était justement que vous étiez en train de sortir un EP en 2017, avant le départ de KK ?

Harun : On voulait repartir sur un EP à l’époque du dernier EP. On s’est dit « ah tiens, c’est cool le format EP » et c’est vrai que c’est cool. Il y en avait qui nous disait « ba non, tout faire pour faire un vrai album » et finalement on s’est dit « ah ben non, ça tourne pareil, c’est pas moi intéressant artistiquement » et du coup on arrive vraiment à distiller des concepts plus denses, parce ce qu’on arrive à se focaliser vraiment sur quatre, cinq, six titres. En termes d’arrangement, ça devient vraiment massif. C’est le temps que tu consacres à 10, 12 morceaux, tu te focalises sur moitié moins de morceaux mais du coup bah tu as envie de donner plus encore, t’as plus d’énergie quoi. On voulait rester sur un délire d’EP, on s’est dit « attends, c’est un nouveau chanteur, il en faut un peu plus » et là du coup on est sur un album qu’est court. On peut appeler ça un mini album, mais nous on appelle ça un album.

Vegvisir : C’est l’EP de départ avec des chansons en plus, vous avez complètement des chansons différentes par rapport à ce qui était prévu à la base pour cet EP?

Harun: C’est que l’écriture était pas vraiment commencée, finie. C’était une idée. Des fois, on parle de choses qui sont pas encore faites parce qu’il y a l’idée, maintenant je travaille très vite quand j’ai une idée en tête, je me verrouille sur le projet, je dors plus et j’envoie les maquettes aux gars, c’est un deuxième, un troisième, un quatrième et ça s’enchaîne quoi. Et on valide ou pas quoi. Là où ça a pris un peu plus de temps, c’était les tests par rapport à Renat’. Moi je lui envoyais les maquettes en mp3, il faisait des tests il me les renvoyait. Des fois ça passait crème, et des fois c’était « trouve-moi autre chose » alors il me refaisait des propositions des fois radicalement différentes alors du coup ça te fait réfléchir « attends, il y a plein de trucs à faire là » du coup des fois ça le paumait, des fois il revenait avec une nouvelle idée et on commence à recroiser les idées, tu vois ça testait aussi. L’idée c’était de réfléchir à la cohérence du projet, pour que ça soit viable. Un groupe avec un nouveau chanteur, faut que ça soit accord avec l’ancien, avec ce que tu fais. Sinon, il faut pas l’appeler Trepalium faut faire un autre groupe. Et vu la musique de la façon dont je l’avais calibrée en terme d’écriture et comme c’est les même zikos c’est-à-dire c’est le  groove de Vinvin, c’est le son de basse de Ludo, c’est mon acolyte Nico à la gratte, on a un son voilà. On a les mêmes emplis, on pouvait pas se permettre de renommer Trepalium sous prétexte qu’on avait un nouveau chanteur alors que tout le monde aurait dit la musique c’est du Trepalium quoi donc partant de là ça mettait la pression. Alors on s’est dit, ou il va être accueilli mi-figue mi-raisin, il y en a qui vont saluer l’effort et d’autres vont nous assassiner, enfin… étant donné qu’on met du cœur à l’ouvrage de toute façon toujours, parce qu’on a un minimum d’expérience quand même et que je pense savoir ce que je fais en terme d’écriture et Renato c’est un très grand professionnel, mais ils nous auraient pas assassiné mais au pire, je pense qu’il y en a qui aurait eu plus d’affect sur le passif du groupe et qui nous aurait pas suivi. Maintenant, moi ce que je constate c’est que rien qu’hier au Hellfest c’était plus de dix mille personnes en face en furie, c’était vraiment chouette tu vois, on se dit ça passe tout seul et l’album est en cours de mix au sein du groupe et même au niveau de Thibaut Chaumont donc qui produit l’album, on est putain de confiant quoi ! Ouais, on se dit et ben le virage il va être négocier intelligemment.

Vegvisir : Donc en gros, tu as été obligé quelque part de modifier un petit peu ta façon de travailler quand même pour l’adapter, mais au final tu en as plus peut-être profiter … ?

Harun : C’est pas vraiment ça, c’est qu’en fait d’album en album je cherche de nouveaux outils, je fais évoluer un petit peu ma façon de jouer tout en essayant de rester cohérent avec le concept du projet pour lequel je travaille. J’ai d’autres groupes aussi et Trepalium, il y a quand même une recette tu vois. Je fais une analogie à la con, mais genre tu vas pas voir ACDC se mettre à faire du rockabilly d’un coup quoi, enfin ça n’a pas de sens. Donc c’est pareil, Trepalium pour moi faut que ça reste du Trepalium mais j’ai envie que ça reste ludique pour nous, donc je cherche des nouveaux outils, comment créer un discours d’album en album tu vois. Il faut que ça reste un terrain de jeu, parce que sinon la libido elle disparaît et de manière naturelle ben faut pas s’étonner qu’il y a des groupes qui split après. Tu te retrouves, il y a le grateu il a pas envie de continuer, le machin, le truc. Moi j’ai pas envie de ça et j’aime bien le défi que représente l’écriture d’un album tu vois, j’aime bien quand j’envoie la première maquette. Je suis un peu fébrile, genre allez! et que j’ai les premiers retours par mail des copains qui sont jouasses quoi, ils sont là « putain mais vas-y tu en as d’autres ? » Là je me dis, allez c’est bon c’est parti ! Et là je dors plus quoi. J’ai pas modifier ma façon de jouer par rapport à Renato, par contre j’ai effectivement écrit certains morceaux aussi un peu pour lui quoi, parce qu’on doit négocier un virage et j’ai pas pris non plus un virage trop violent parce que je veux une cohérence avec ce qu’on fait aussi. Il y a un discours, il se passe des choses dans la vie d’un groupe et là on est à cette étape là dans la vie du groupe. Alors est-ce qu’il y aura une suite l’avenir nous le dira, en tout cas on a envie.

Nikky: Je me demandais si vous aviez encore travailler avec Thibault Chaumont du Deviant lab studio pour le prochain ?

Harun: Comme je l’ai un peu évoquée sur une question précédemment, c’est qu’en fait Renato c’est un gars avec qui Trepalium fonctionne bien, on optimiste vraiment notre manière de travailler avec Renato qui est un bon pote en plus, parce qu’il nous connaît par cœur. Il connait les qualités et les points faibles du groupe et il est capable d’optimiser ce qu’on est en train de réaliser, les idées que j’ai en tête la manière dont chacun de nous va s’approprier les thèmes. Il est force de proposition aussi. Quand une équipe marche, il y a aucune raison de voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Evidemment, tu as toujours un mec qui va t’apporter quelque chose de différent mais moi à partir du moment que l’humain est là et que le taf est positif sur un album, bah on remet le couvert quoi voilà. Après est ce qu’un jour on essaiera pas autre chose, pourquoi pas ! Mais c’est pas à l’ordre du jour.

Vegvisir: peut-être une dernière question, pour changer un petit peu de style. Est-ce que vous avez un rituel avant d’entrer sur scène?

Harun : Non pas spécialement, il y a bien longtemps qu’on a démystifié la scène. Après, je connais pas trop les tics et les toques de Renato. Moi franchement, plus jeunes, des fois je ritualisais peut-être certaines choses par stress, pas le stress de peur mais peut-être des fois, mais plus par souci de bien faire. Mais là franchement, aussi loin que je m’en souvienne, ça va peut-être faire pas loin de dix ans, ouais tournée 2009, que j’ai pas éprouvé le moindre stress avant de monter sur scène que ça soit des Hellfest, que des petits clubs, que ce soit devant des gens importants, en première partie d’un groupe important ou devant des potes. J’ai démystifié la scène depuis bien longtemps et quand j’entendais des mecs qui disent « non c’est pas possible de se détacher ou alors que c’est que tu t’en fous du live« , peut-être que je m’en fous un peu en fait c’est peut-être pour ça que je m’éclate bien, que je suis serein mon rapport à la scène. Je suis pas un mordu de scène comme Sylvain par exemple, qui veut tourner énormément. C’est pour ça, il tourne aussi avec Igor tout ça et ça c’est un mec, c’est inscrit dans l’histoire de sa famille, son père est chanteur. Il kiffe, et tout le monde kiffe ça dans le groupe. Moi j’adore la scène, mais j’ai pas envie de partir deux mois. Je l’ ai déjà fait, j’ai un peu la flemme, j’aime bien les tournées à allez 10-15 jours je trouve ça cool, j’ai envie de rentrer chez moi quoi. Mais j’adore mouiller le maillot sur scène, ça c’est clair !

Vegvisir: Ecoute, merci en tout cas de nous avons reçu pour cette interview, on a passé un bon moment et enfin, si tu as un mot de fin sur lequel tu voudrais finir, n’hésite pas ?

Harun: Merci à vous pour l’interview et on va sortir donc un album avec Trepalium théoriquement vers la fin de l’année. Essayez de rester à l’écoute, de jeter une oreille sur ce qu’on va produire. Ca va être sympa.

Vegvisir: Déjà il y avait une première chanson là, pendant le concert ?

Harun: Deux ! On avait annoncé trois sur les réseaux sociaux, finalement on a recalculé le temps qui nous étaient accordés et on débordait en fait. Personne dans le groupe était d’accord. « Non, on vire celle là on vire celle là, mais non on peut pas virer celle là« . Et finalement, ben encore une fois, notre ingé son a eu un avis pertinent « ben les gars, l’album il est pas sorti vous mettez trois nouvelles« , « ouais bon d’accord, on en vire une » et on en a joué deux et c’est bien passé, j’ai hâte de jouer le reste, à suivre sur les prochaines dates !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*