Fleshgod Apocalypse : interview @Hellfest 2016

Après un show somptueux, Cristiano Trionfera a donné une interview à l'image de Fleshgod Apocalypse : amour du détail, exaltation de la culture classique italienne à travers sa littérature et sa musique symphonique,  largement arrosé de sauce pimentée ! Une conversation passionnée plus qu'un jeu de questions-réponses.

 

 


Bonjour, nous sommes ici en compagnie de Cristiano Trionfera de Fleshgod Apocalypse. Vous sortez tout juste d’un concert sur la scène Temple. Comment était le concert ?
C’était vraiment bien. Beaucoup de monde, ça fait plaisir de voir autant de gens à fond !
DSC_0431Dans vos concerts vous êtes très théâtraux, les costumes, les maquillages, orchestrations… Est-ce pour apporter une nouvelle dimension à votre musique ?

Tout à fait, la dimension visuelle et tout ce que tu peux décrire en terme sensoriels est très important pour nous. Les gens ne vont pas acheter un disque juste parce qu’un disque est sorti. Donc nous voulons dès le début créer quelque chose de plus complet, pas seulement de la musique mais aussi quelque chose de visuel qui raconte une histoire. Quand nous écrivons un album nous nous efforçons de raconter une histoire dans son entier, du début à la fin. C’est important que ce soit une pièce dans son intégralité, surtout quand nous nous référons à un mode de composition symphonique tel que l’opéra. La culture de la musique classique est très importante en Italie,  en France également, nous voulons nous appuyer sur cet héritage. En mettant tous ces éléments ensemble, on obtient sur un concept théâtral, visuel et musical.
On peut aussi le voir dans vos vidéos qui sont très cinématographiques.
Tout à fait.

Fleshgod-Apocalypse-KingAvez-vous déjà essayé de louer une salle d’opéra ou un théâtre pour faire cela, pour donner vie à cela ? parce que vous donnez l’air d’être coutumiers de ces lieux…
Oui, nous avons tourné un vidéoclip dans un théâtre pour le titre « The Forsaking » (NDLR : sorti en Décembre 2012).avec des danseurs de ballet. C’était un très beau théâtre qui a apporté quelque chose de très particulier.
Vous dites que vos albums sont construits sur des concepts, peux-tu présenter celui qui a à la base de King ?
Au départ King est l’histoire d’une court, nous essayons de créer une métaphore entre et ce que nous voyons et la réalité. Quelque chose d’ancien et romantique et puissant. Une cour composée de nombreux personnages, un roi, une reine, un fou, qui interagissent les uns avec les autres. Ils ont tous leur part dans l’histoire, chacun sa chanson qui raconte leur combat, leurs sentiments, leur âme. Chaque personnage incarne l’un des grands combats de la condition humaine. La Reine par exemple, refuse le temps qui passe. Elle vise la perfection, elle n’accepte pas de vieillir car elle veut être parfaite.

Le Roi, quel est son rôle ? Je me rappelle la partie parlée où il conseille à la reine de ne pas être piégée par son désir de perfection. Il a un rôle particulier, non ?
Le Roi est une figure de retour à la réalité. Il veut amener la Reine à accepter la réalité mais elle ne veut pas vieillir, elle poursuit sa course à la perfection et n’entend rien à ce que lui dit le Roi. Il est impuissant à  la protéger du désastre auquel elle court. Le personnage du Roi est sous la pression de la cour, chacun veut le manipuler pour satisfaire ses propres desseins. Il est comme une marionnette entre les mains de son entourage. Il est censé gouverner son royaume et œuvrer pour son bien des gens mais, en fait, il ne fait que le bien de sa cour qui consiste à faire amasser de l’argent. « Gravity » porte sur l’avidité. Un homme avide est incapable de voir la vraie valeur des choses. 
DSC_0433Je comprends maintenant les ficelles dessinées sur la pochette… (NDLR : Le Roi a les mains et les épaules reliés par des ficelles qui partent du haut, à la façon des marionnettes). Notre manière de travailler en général est d’aller jusque dans les détails. Le moindre petit point sera porteur d’un symbole ou d’une métaphore en lien avec le concept. C’est pourquoi il faut plusieurs écoutes pour découvrir toutes les significations. Si tu n’écoutes qu’une seule fois l’album tu n’en viendras pas à bout. Un album où tu ne découvres rien de nouveau dès la première écoute est un album ennuyeux. Si tu veux qu’une musique ou chanson grandisse en toi, tu ne peux pas faire autrement, selon moi.

Je suis entièrement d’accord avec toi ! Pendant le show vous citez la Divine Comédie de Dante Alighieri, est-ce que voulez inciter le public à lire Dante ou à lire de la littérature, ou encore la Bible ?
Sur la Bible, nous pourrions parler des heures car c’est très controversé, c’est le symbole de quelque chose d’autre, du symbolisme pur. En tant qu’ouvrage, la Bible est très importante, probablement le livre de littérature le plus important jamais écrit. Pour revenir à Dante, il est capital de toujours revenir aux grands auteurs de littérature italienne car notre propre culture fait de nous ce que nous sommes.grotte de dante-glava-tolminska-
Nous jouons du Metal, une musique, qui de toute évidence, n’est pas né en Italie mais aussi de la musique symphonique qui, elle, a une  longue histoire en Italie. Même la façon dont nous écrivons est italienne, nous racontons des histoires. ça peut paraitre stupide mais nous poussons l’idée jusqu’à notre merch. Nous faisons du vins et des pâtes. De nombreux gens nous n’ont pas compris cela et nous ont reproché de faire dans le cliché. E réalité nous ne faisons que promouvoir notre territoire, le socle de notre identité.
Pour revenir à Dante, il est l’un des plus grands auteurs de tous les temps, non seulement pour la culture en Occidental mais mondialement. Il est important pour nous de faire référence à lui comme un symbole dont nous sommes fiers.
Es-tu déjà allé au festival Metaldays, en Slovénie ?
Oui. 
Je te conseille là-bas une grotte, dans les Gorges de Tolmin, que Dante considérait comme sa source d’inspiration pour l’Enfer de sa Divine Comédie. Et qui est aujourd’hui nommée d’après cette anecdote du 14eme siècle. (NDLR : grotte de Zadlaz)

Je ne l’ai jamais visité mais j’y vais cet été, je m’en souviendrai. Merci !
Une dernière question : si tu devais conseiller un compositeur classique italien à un metalhead qui voudrait découvrir la musique italienne. Que lui dirais-tu ?DSC_0432
Parmi mes favoris, je dirais Rossini, Vivaldi et Verdi qui sont évidemment très connus. Parmi les dieux de la musique symphonique, il y aura forcément des noms italiens alors fonce et écoute ! J’aime énormément l’école allemande et autrichienne, et l’école française également qui sont différentes mais tout aussi intéressantes. C’est important d’aller à la découverte des musiques, de connaitre ce que font les autres pour faire mieux ce que tu fais toi-même.
 

Merci Fleshgod Apocalypse !

Facebook Fleshgod Apocalypse

Site officiel Fleshgod Apocalypse 
Facebook Hellfest Open Air

Site officiel Hellfest
Facebook The Dark Lodge

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*