Entropia Invictus: Interview @ Hellfest 2017

Le nom d'Entropia Invictus ne vous dit peut-être pas encore grand chose, mais le groupe fort de se faire un nom dans le metal extrème symphonique. Son 3e album (le premier sous le nom d'Entropia Invictus), Human Pantocrator, fraichement sorti ravira les fans de Septic Flesh et autres Carach Angren.

Nous avons rencontré Jérôme et Pierre-Jean, respectivement chanteur/guitariste et batteur du groupe. Avec eux, nous avons discuté de leur album (ainsi que du prochian à venir !), de composition et de concerts.

 

 

 

on a changé de nom pour marquer le changement de musique qui est devenu beaucoup plus extème.

Nikky: Nous sommes aujourd'hui avec Entropia Invictus. Salut les gars, est-ce que vous pouvez vous présenter svp ?
Pierre Jean: Salut, je suis le batteur d'Entropia
Jérôme: Salut, je suis guitariste chanteur du groupe Entropia Invictus

Nikky: Vous me dites Entropia et Entropia Invictus, c'est quoi le nom exact du groupe ?
Jérôme: Nous c'est Entropia Invictus. C'est vrai qu'on s'est longtemps appelés Entropia. Avec le nouvel album, on a changé de nom pour marquer le changement de musique qui est devenu beaucoup plus extème. Avant, on était plutôt metal symphonique, avec une chanteuse. Là, on a une musique extrème, avec un chant guttural vraiment orienté black/death sympho.

 

On a pensé que l'Homme est le créateur de toutes les religions, donc on a mélangé beaucoup de symboles religieux

Nikky: Alors, ce nouvel album s'appelle Human Pantocrator, est-ce que tu peux me dire ce que ca signifie ?
Jérôme: Human Pantocrator, ca veut dire "Humain tout puissant". Ca fait référence à l'iconographie orthodoxe. On a le Christ Pantocrator, le Christ en toute puissance, en majesté. On a pris ce thème pour dire que l'Humain est son propre dieu. C'est lui qui a la toute puissance.

Nikky: En lisant les paroles, on retrouve beaucoup d'incertitudes et de peur. Est-ce que ce n'est pas contradictoire ?
Jérôme: C'est tout le paradoxe qui fait l'Humain. Comme dans le morceau Builder/Destroyer, on est à la fois des constructeurs, avec des idées magnifiques, inventives, etc. et de l'autre côté, on a des pulsions de destruction qui nous habitent. Les civilisations sont ainsi faites: une fois qu'elles ont atteint leur apogée, elles déclinent de la plus basse des manières qui soient.

Nikky: Ca parle de la place de l'Homme dans l'Univers aussi, non?
Jérôme: Tout notre album est situé sur l'Humain: ses doutes, ses peurs, ses croyances, sa place dans l'Univers, sa place dans la nature. On n'est pas supérieurs, mais on a une place comme tant d'autres dans l'écosystème planétaire et on relativise tout ca.

Walkyrie: Les sources d'inspiration sont assez intellecutelles, vous les trouvez où?
Jérôme: Pour les textes, c'est moi qui m'y colle. Je m'inspire la plupart du temps de mes lectures. Je suis un grand lecteur, je lis un à deux livres par semaine. Ca va de la littérature fantastique à des essais philosophiques, mythologiques ou historiques. Je mintéresse à ce qui est écrit, mais aussi au cinéma, je vais aussi bien voir des films d'auteur que des blockbusters. Je regarde beaucoup de documentaires aussi. Je m'inspire aussi de ce qu'on vit. je crois que c'est la première fois que j'écris des textes aussi personnels. C'est la première fois que j'écris en puisant dans mon vécu. Ca apporte quelque chose, pas d'original parce que tout le monde le fait, mais de plus intense, auissi bien à composer qu'à interpréter.

Nikky: On voit beaucoup de symboles religieux sur la pochette. Est-ce pour dire que l'Homme est son propre dieu ?
Jérôme: Oui tout à fait. Par rapport à ca, on a une chanson qui s'appelle Cosmogenic Pandemonium qui explique la naissance des religions par rapport à la peur de la nuit. Les premiers Hommes, quand ils étaient face au ciel nocturne, ont peuplé ce vide de dieux, de démons. Ils ont nommé les constellations. Ils ont commencé à avoir des croyances pour combler cette peur qu'il y avait en eux. On a pensé que l'Homme est le créateur de toutes les religions, donc on a mélangé beaucoup de symboles religieux, aussi bien de religions monothéistes que de mythologies, grecque, égyptienne, etc.

On est non seulement à l'écoute de ce que vont nous dire nos camarades, mais on se remet aussi en question. Quand on a fini un morceau, il plait à tout le monde.

Nikky: On le retrouve cela dans les paroles, mais est-ce que vous avez composé les musiques par rapport à cette thématique ?
Jérôme: Oui, notamment au niveau des arragements. Par exemple, sur Builder/Destroyer, on peut entendre des sons métalliques, industriels quand on parle du Builder (constructeur). On a des sons un peu plus tribaux, avec des djembés, des tambours, quand on parle du Destroyeur (destructeur) pour donner un côté tambours de guerre. Donc oui, la musique colle au concept.

Nikky: Est-ce que ca a été une difficulté supplémentaire de mélanger ces sons ?
Jérôme: En fait, ca se fait assez naturellement, on ne rencontre pas de difficulté particulière par rapport à la composition. Les compos s'organisent autour des mélodies de guitare, qu'on compose avec Jordan. Ces mélodies sont envoyées au reste du groupe. Pierre Jean peut ajouter ses pistes de batterie, mais on ne lui donne aucune directive. Pareil pour Laurent à la basse. Une fois que tout çà est fait, je compose l'orchestration. C'est assez intéressant, parce que, quand ils nous renvoient les morceaux, on redécouvre le morceau. La plupart du temps, ça va bien au-delà de l'idée originale.
Pierre Jean: C'est à ce moment quo'n décide de l'orientation que prendra le morceau. Pour rendre la chose intéressante, je ne prends pas la direction qu'ils ont choisie, ce pour apporter quelque chose au morceau.

Nikky: Ca doit demander une bonne alchimie entre vous pour arriver à un résultat concret, vu la complexité de votre musique.
Jérôme: Ce qui est intéressant, c'est qu'on est tous très ouverts. On est non seulement à l'écoute de ce que vont nous dire nos camarades, mais on se remet aussi en question. Quand on a fini un morceau, il plait à tout le monde.

Nikky: C'est la première fois que vous avez travaillé avec un label. Qu'est ce que ca a changé pour vous ?
Jérôme: Ca nous a permis de rencontrer pas mal de professionnels pour l'élaboration de l'album, notamment Above Chaos, qui nous a fait un artwork magnifique. On a travaillé aussi avec le Tower Studio, qui fait le son pour Devin Townsend, Ayreon, Septic Flesh, etc. Il nous a fait le mastering de l'album. On a travaillé aussi avec Solstice Promotions, qui nous a permis d'être bien placés aussi bien dans la presse nationale qu'internationale avec des chroniques dithyrambiques. On les remercie.

Nikky: Quels ont été les retours des fans de la première heure d'Entropia ?
Jérôme: Pour le moment, ils ont été plutôt positifs. Ils aprécient vraiment le changement. Ils se reconnaissent pas mal dans l'évolution. Ils voient qu'on a gardé un côté smyphonique, qui était à la base de notre musique. Il y avait un élément black assez présent dans notre musique, on l'a simplement poussé au bout avec des éléments death et une voix gutturale. Les fans qui nous suivaient au départ se reconnaissent quand même.
Pierre Jean: Les changements qui ont été approté n'ont qu'ont apporté qu'à la cohésion de la musique en fait. Ca a apporté de la structure. On a continué dans une direction qui était déjà entammée. Et on a poussé cette direction le plus loin possible.

Nikky: Du coup, ca a été plus une évolution cohérente et non pas une rupture.
Jérôme: Voila, ce n'est pas un virage à 180°, c'est plutôt une sorte de tremplin, qui a aboutit à ce qu'est le groupe aujourd'hui.

Pour Human Pantocrator, c'était l'être humain, dans sa complexité, sa paradoxalité. Là on va poursuivre dans cette lignée et je pense que ca va vous plaire.

Jérôme: On a assez de matériel pour enregistrer un nouvel album, on a 10-11 morceau déjà structurés. On a accentué le côté extrème, mais aussi le côté symphonique. Il sera beaucoup orienté musique de films, très épique, très émotionnel. Les morceaux voudront raconter quelque chose, te faire voir quelque chose. On veut que la musique crée des images mentales. On a vraiment orienté cet album vers ce concept.

Walkyrie: Et comment vous allez les organiser ces morceaux ? Il ne suiffit pas de les mettre dans un sac, de le secouer et de tout jeter sur la table !
Jérôme: Justement, on en est à cette étape là. Pour le moment, on a les morceaux, on ne sait pas encore comment on va les organiser, on est en train d'écrire les paroles et le concept qui va englober tout ca. Je pense qu'ils vont si'mbriquer de manière naturelle une fois qu'on aura tout écrit. On ne fait pas de concept album à proprement parler, avec une histoire. On a plus un fil rouge qui va prendre l'album dans son intégralité. Pour Human Pantocrator, c'était l'être humain, dans sa complexité, sa paradoxalité. Là on va poursuivre dans cette lignée et je pense que ca va vous plaire.
Pierre Jean: Comme tu disais, ce n'est pas un concept album, mais c'est plus le fait de traiter un sujet selon différentes facettes.
Jérôme: On peut voir différents angles pour traiter un sujet. Je pense que les morceaux seront plutôt des actes. Je n'en dis pas plus !

Nikky: Vous avez joué récemment avec Fleshgod Apocalypse, comment était la soirée ?
Jérôme: C'était tout simplement extraordinaire.
Pierre Jean: C'est dans le top 3 des meilleures soirées de ma vie.

Nikky: Et qu'est que ca vous à apporté en tant que groupe ?
Jérôme: On a vu comment ils gèrent au niveau professionnel. Le moment où ils arrivent, les balances, en backstage, quand ils montent sur scène, tous les éléments de l'orga. C'est une leçon de professionalisme. Il y a aussi la leçon artistique quand ils montent sur scène. Il y a aussi une rencontre humaine qui est fantastique. Ce sont des mecs en or.
Pierre Jean: On ne peut pas parler de cette soirée sans évoquer Blazing War Machine, qui n'ont fait qu'ajouter ua fait que cette soirée était merveilleuse. Ce sont aussi des gens en or.
Jérôme: On avait déjà joué avec Franky quand on avait fait la première partie de Dagoba et aussi de Blazing War Machine. Franky et Izakar sont des mecs géniaux.

Nikky: Et est-ce que vous avez des concerts de prévus ?
Jérôme: La prochaine date, c'est le 8 Juillet, à Roanne, pour le Koolos Fest. On va jouer avec Ultra Vomit et Benighted, ca va être une soirée assez intense. On rejoue le 23 Septembre à Clermont Ferrand, à la grande salle de la Coopérative pour la nuit du metal.

Nikky: Merci beaucou, est-ce que vous avez un dernier mot pour nos auditeurs, et peut etre vos futurs fans ?
Jérôme: Merci à vous pour l'interview. J'espère que les auditeurs de la Dark Lodge auront autant de plaisir à écouter Human Pantocrator que nous à le jouer.
Pierre Jean: Et s'ils ont eu du plaisir à l'écouter, ils auront encore dix fois plus de plaisir à venir nous voir sur scène !

 

Merci à Entropia Invctus, Solstice Promotions et M&O Music pour avoir rendu cette interview possible.

Merci aussi à Sailor Jerry's pour nous avoir acceuilli le temps de l'entretient.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*